Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
mardi 20 août 2013

20.8.13
On n'arrête pas de le dire, vous les soldats de milice êtes formidables. Et ce n'est pas de la propagande de bas étage. C'est une réalité. On peut être ou pas pour les engagements à l'étranger, mais il y a une réalité qu'il ne faut pas oublier dans ce cas: la possibilité de se comparer aux autres. Cela nous permet de voir ce que les Suisses valent vraiment par rapport à ces professionnels qui nous sont soi-disant supérieurs en tout.

Alors faisons-nous plaisir et prenons dans le journal "Swiss Peace Supporters" ce cri du cœur du capitaine Michal Lato qui va bientôt reprendre son travail de maître d'éducation physique à Lausanne après avoir été durant 6 mois chef d'un Liaison and Observation Team (LOT) à Mostar en Bosnie-Herzégovine dans le cadre de la mission EUFOR ALTHEA.

A la question du journaliste qui conduit l'interview "Quel a été votre plus grand succès?", le capitaine Lato répond:

"J’ai ressenti un sentiment de fierté quand j’ai vu que mon équipe atteignait aisément les critères exigés dans le contexte international. Et pourtant, nous nous sommes «juste» contentés d’appliquer les normes suisses. Nous avons constaté que les militaires professionnels d’autres pays ne sont pas mieux préparés à des missions de promotion de la paix que les membres de notre armée de milice proche de la population".

D'autres questions? Appréciez le "...près de la population ...". Et ce genre de constat n'est pas isolé. Milice n'est pas synonyme d'amateur. Bien au contraire.

VEG