Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
mardi 27 août 2013

27.8.13
Nous ne voulons pas jouer les Cassandre, mais à l'heure où la Suisse réfléchit à une hypothétique abrogation de l'obligation de servir qui conduirait immanquablement à la disparition de son armée, ... il faut se demander si c'est pertinent. Avant de partir promener Médor, on regarde bien vers Genève s'il va pleuvoir et si donc le parapluie s'impose....
 
Car le monde va mal, malgré tous ceux qui sont à son chevet.
  • Syrie et Proche-Orient: à force de franchir des lignes rouges, les responsables politiques des grands pays ont le vertige, mais pas toujours pas de solution. A entendre Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères, il manque même peu pour que la France s'engage à nouveau dans une guerre. Pour le moment ce sont des gesticulations, car après le Mali en janvier dernier elle n'en a plus les moyens; et après la Lybie en 2011, elle a perdu une bonne partie de son crédit international, notamment face à la Russie et à la Chine. Mais qu'à cela ne tienne, on irait bien faire encore un peu la guerre. Car tout le monde le sait, le seul coupable est "le régime de Damas". Ceux qui jettent de l'huile sur le feu avec des tonnes d'armements sont les gentils. On a déjà oublié le marché de Sarajevo? Pour un bombardement en 1995, il a fallu attendre 2003 pour que le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie accouche d'un verdict qui condamnait (c'est plus facile) les perdants de la guerre. En Syrie on a déjà jugé et les politiques (désolé M. Clémenceau) sont de nouveau prêt à sacrifier des soldats.
  • Chine: si la Suisse se permettait 1% des déclarations belliqueuses des USA à l'encontre d'une autre nation, il y a longtemps qu'elle serait au coude à coude avec la Corée du Nord dans les classements des "rogue states". Mais les USA discutent ouvertement, sans aucune gêne, d'options quant à une guerre avec la Chine. Vous avez dit choquant? Il y a beaucoup de voix qui dénoncent cette manière de traiter les autres nations. Pourtant ce langage prend de l'ampleur. "The US Air Sea Battle Strategy: What War With China Would Look Like" titre PolicyMic. "U.S. model for a future war fans tensions with China and inside Pentagon" pour le Washington Post. Quant à Richard Bernstein et Ross H. Munro ils intitulent leur dernier livre "The Coming conflict With China". Non, malheureusement on ne rêve pas. Et jusqu'où cela peut-il aller?
  • Europe: permettez-nous de citer encore une fois l'étude "Quelle France dans 10 ans" réalisée par le commissariat général à la stratégie et à la prospective. Oui l'Europe (s.l.) est un projet qui a largement contribué à pacifier le continent durant près de 70 ans, mais que peut-il se passer désormais dans cette Europe en grave perte de vitesse et surtout de leadership? En avril 2013, elle comptait 5,589 millions jeunes sans emploi. En moyenne ce sont 23.4% des jeunes qui cherchent du travail. En Espagne et en Grèce, on est même au taux catastrophique de 56.4 % et 62.5 %. Et Croatie 55.6%, Portugal 41%, Italie 39%, Slovaquie 36%, Chypre 38% ne sont pas très loin derrière. Que va-t-il advenir de cette génération fichue? Va-t-elle rester sagement à la maison à encaisser des rentes? Mais leurs pays sont aussi proches de la banqueroute. Si les taux d'intérêts quasiment nuls se remettaient à grimper, il se passerait quoi? Car le spectacle des français qui veulent réformer leurs retraites en donnant plus d'argent, mais sans impôts supplémentaire et sans élévation de l'âge de retraite en dit long sur la capacité de ces gouvernements à ne pas régler les problèmes.
Certes ce ne sont que trois exemples. Mais avec une rhétorique qui s'emballe à ce point et dans une incertitude plus grande que jamais, il faut commencer sérieusement à se faire du souci quant au devenir de ce cocktail. Il n'y a jamais de fumée sans feu. Et n'oublions pas la bataille économique qui fait rage contre notre secteur bancaire.

Abolir notre obligation de servir et donc notre armée et nos spécificités? Ce serait  indéniablement de la folie.
 
VEG