Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
lundi 26 août 2013

26.8.13
"Disons que je n'ai pas senti une grosse envie de la part de l'officier recruteur lors de mon recrutement, confie un jeune Romand. J'ai dit que j'avais mal au dos et c'était réglé. Je suis à la protection civile aujourd'hui ".

Ca devait être un exemple parlant pour dénoncer le système actuel? C'est bien tourné, accrocheur, populiste, comme tout le dossier (on rêverait de s'offrir un graphisme comme ça au CRDC...) mais pour nous dire quoi? Que cette personne a fait du service à la protection civile, ... dans le cadre d'une autre obligation de servir? (Art. 60 de la Constitution et Art. 11 LPCI) ? Beurk ! Un des ces types de service qu'on dénonce sous toutes les coutures...! Sauf que celui-ci n'est pas militaire et qu'il est plus acceptable ?

Ces articles, désolé de le dire, sont vides. C'est une mise en image de chiffre ressassés et un florilège d'anecdotes insipides comme il en fleurit sur toutes les terrasses de bistrots quand s'y concentrent autour d'une bière quelques personnes frustrées par une journée où ils s'imaginaient en rock star ...! On est ici dans le répertoire du "qui veut noyer son chien dit qu'il a la gale".

On pourrait faire pareil en allant dans n'importe quelle gare suisse et décrire, sur la base du nombre de papiers gras et de poubelles non vidées, l'antichambre de l'horreur ferroviaire. En première analyse, ce serait peut-être à peu près correct, mais en réalité, ce serait prendre le parti de biaiser gravement la réalité en occultant toutes les qualités d'une entreprise parmi les meilleures du monde dans son domaine.

Pour l'armée suisse, c'est pareil. Ce démontage savant est indigne des très bonnes choses qui s'y passent. C'est une mise à mort gratuite, trop représentatif d'un journalisme de caniveau. Pourtant globalement nous sommes gâtés en Suisse avec notre presse. Alors pourquoi justement ça? Pour donner raison aux taux de confiance du métier (voir ci-contre; source iconomix).

Dans un reportage d'une telle longueur, comment est-il possible de ne se focaliser que (ou presque) sur les quelques soucis du service militaire. Bien sûr qu'il y a des tas de choses qui ne marchent pas, mais comme partout ailleurs. QUID DU BILAN GLOBAL? QUID DU RESTE DU DEBAT SUR LA POLITIQUE DE SECURITE? 

L'Hebdo se la joue "Brice de Nice" et casse ! Mais à part la coquille vide du volontariat qui ne marche pas chez les autres, a-t-il une meilleure recette? Permettez que nous en doutions.

Quant au déni de réalité dénoncé par Isabelle Falconnier qui rêve de voir arriver la génération Y aux commandes pour que l'on vote enfin juste, .... quelle vision courte. Affligeant! Car, ceux qui ne votent pas comme elle le souhaite, qui sont-ils? Ces "vieux ringards", c'est la génération mai 68. Souvenez-vous, ceux qui voulaient interdire d'interdire quand ils avaient des cheveux longs. Ils ont changé non? La génération actuelle fera comme les précédentes, elle va grandir, vieillir et comprendre aussi ses responsabilités. Désolé de cassez vos espoirs ! Dans 15 ans vous voterez comme les vieux. Avec sagesse!
On avait été habitués à mieux de la part de l'Hebdo... Dommage qu'Alain Jeannet n'ai pas demandé à ses journaliste d'emboîter son édito. Là on aurait eu de la substance.