Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
samedi 17 août 2013

17.8.13
1
La SRF (Schweizer Radio und Fernsehen) publie aujourd'hui le détail du sondage rendu public hier. Etant donné la volatilité de ce genre de page, il nous est paru utile de reproduire ici les intéressants graphiques établis sur la base des chiffres qui se trouvent derrière les 35 / 8 / 57 d'hier.
 
On le voit ici, le NON se compose aussi d'une "plutôt NON", ce qui signifie que des changements d'opinion restent possibles. Veillons donc à ne pas commettre d'erreurs même sur des détails, car on le paiera cher (comme hier avec les reproches contre l'argument du président de la SSO sur le recrutement dans les prisons anglaises démonté injustement et avec légèreté, démenti officiellement par les anglais, mais malgré tout une  réalité pas si éloignée avec un problème de recrutement toujours aussi aigu). Les initiants ont le même souci et les 35% de OUI comportent aussi un 15% pas très  franc de "plutôt OUI". Si la situation égyptienne devait évoluer défavorablement, on peut parier que certains (aussi chez les indécis) changeraient d'avis. Mais nous souhaitons  tous que l'Egypte aille mieux et ne ferons pas de pari macabre pour soutenir notre opposition à l'initiative du GSsA.
 
  

La seconde image montre que dans tous les partis les avis sont partagés. Près d'un socialiste sur 3 et près d'un Vert sur 4 dit NON au GSsA. C'est la raison pour laquelle il est faux de les fustiger en bloc (cf. notre commentaire du 14 août).
 
La troisième image montre que plus on est jeune, plus le OUI l'emporte. Mais 40% des moins  de 39 ans disent NON. Notre devoir est donc de leur expliquer sans relâche ce qu'il ne peuvent pas connaître parce qu'ils ont l'immense bonheur d'avoir grandi dans une société qui leur donne tout. Les plus anciens savent que ce n'est pas gratuit et en grande majorité ils disent donc NON au GSsA.
 
Parents, grands-parents, il est l'heure de prendre le temps et d'expliquer aux plus jeunes la différence entre libéralisme et libertarisme, que pour avoir démocratie, liberté et confort, il faut se battre tous les jours et que rien n'est acquis. L'électricité ou l'Internet ne "sortent pas simplement de la prise". Derrière il y a des gens qui y travaillent quotidiennement. La sécurité c'est pareil. Elle a un coût.
 
VEG