Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
mardi 13 août 2013

13.8.13
Quelques lectures d'intérêt en plus des commentaires du jour:
  • Les Observateurs : dans son article "Abolir le service militaire ou se préparer aux nouvelles guerres?", Uli Windisch s'insurge tout d'abord contre l'aveuglement des antimilitaristes alors que l'actualité nous montre que la violence ne fait que de s'étendre, rendant par là l'armée toujours plus utile. Ensuite il s'emporte avec raison contre le vocabulaire perpétuellement dénigrant à l'endroit de ceux qui remplissent leur devoir. Uli Windisch termine cependant sur une note optimiste: en substance, "le peuple suisse est sage".
 
  • Le Nouvelliste : long article de Pierre Mayoraz sur le lancement de la campagne en Valais par le Conseiller d'Etat Freysinger, le CN Buttet, la Société des Officiers du Valais Romand et le col EMG Burgener, commandant de la Patrouille des Glaciers. Dans leur appel à refuser sèchement l'initiative du GSsA ils soulignent en particulier le report de charges que l'initiative provoquerait sur les cantons et les communes, la germanisation de ce qui resterait de forces de sécurité, car alors on ne pourrait définitivement plus assurer l'équilibre des langues; ceci serait un grave danger pour la société helvétique dans son ensemble. Ils dénoncent ensuite le danger que l'initiative ferait courir à notre démocratie en rompant un équilibre qui a mis longtemps à s'établir. Enfin, Ivo Burgener fait vibrer la fibre montagnarde, car sans milice pas de PDG et plus d'engagement de troupes en montagne. Inimaginable en Suisse!
 
  • La Nation : excellent réquisitoire sans concession de Olivier Delacrétaz dans le numéro du 9 août contre ces ignorants qui croient tout savoir sur l'armée idéale dont la Suisse aurait besoin. Point particulièrement intéressant, la menace cybernétique. Comme l'armée elle-même le défend, cette forme de menace appelle à des solutions nouvelles, mais en aucun cas pour cette raison au renoncement d'autres capacités. Olivier Delacrétaz rappelle que pour l'instant, nos adversaires éventuels sont plus anachroniques que l'armée Suisse (pour autant bien sûr que notre armée mérite le qualificatif dont l'affublent ses adversaires à longueur de journée) et que pendant encore longtemps, le gros des guerres aura lieu dans les airs et sur terre. Un peu de bon sens pour commencer la semaine, ça fait un bien fou! Merci M. Delacrétaz.
VEG