Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
jeudi 5 septembre 2013

5.9.13
Au risque de passer pour d'affreux machistes, il nous semble utile de revenir sur un thème de la discussion d'hier soir à Infrarouge: les femmes font-elles partie des faibles devant être spécifiquement protégés?
 
Mme Mamarbachi ne s'est pas privée de ridiculiser le Président de la Confédération pour ses quelques hésitations en français. Laissons la TSR régler ses problèmes internes et apprendre à certains journalistes les bonnes manières. Que signifie  "Président de la Confédération"  en termes de respect, ou encore "comment laisser les invités s'exprimer sans les couper à tout va". Mais revenons au fond.
 
Est-ce que M. Maurer a tort? Nous pensons que non.
 
Bien sûr que les Dames veulent l'égalité, y ont droit et l'on ne va pas revenir là-dessus. Mais au-delà des belles phrases, du respect, du politiquement correct, il y a une réalité, celle de la guerre et de toutes les autres formes de conflit violents. Les médias nous montrent chaque jour que les règles sont systématiquement transgressées. Il n'y a plus guère que les armées régulières occidentales en temps de paix qui imaginent pouvoir imposer le droit.
 
Car que se passe-t-il vraiment durant une guerre? On viole et on terrorise les femmes, les enfants et les vieillards pour affaiblir la résistance de l'ennemi. Dans les conflits le viol est une arme de guerre courante. Toutes les organisations qui tentent de lutter contre ce fléau disent que les femmes sont incapables de s’en défendre. Nul ne peut en effet nier que les femmes sont physiquement plus faibles que les hommes, surtout pas Mme Mamarbachi qui fait quoi, .. 1m60 et 50 kg? L’ennemi n’en ferait qu’une bouchée, cassant tout esprit de résistance dans son entourage en mettant en scène ses souffrances.
 
Car les hommes sont très sensibles aux blessures des femmes, au point qu'ils en perdent leur moyens et que ce n'est d'ailleurs que très récemment que l'on a admis les femmes dans les armes de combat. Ce n'est pas un hasard.
 
Que les bien-pensants de l'égalité aillent voir ici ou encore ici. En Ex-Yougoslavie, il y aurait ainsi eu (selon les estimations) 50'000 femmes musulmanes bosniaques et croates violées par des soldats serbes. "Le viol, c’était pour nous torturer. Pour briser notre âme. Ils auraient pu me tirer une balle dans la tête, je ne serais pas restée là, avec cette douleur. Nous ne serons plus jamais les femmes que nous étions. Ils nous ont brisé l’âme. Sali le sang".
 
Par conformisme politique on serait bien sûr tenté de ne pas sortir du discours "moderne" et convenu de "la femme est l'égal de l'homme". Par idéal et par conviction, l'auteur de ces lignes le pense aussi.
 
Mais si l'on regarde en face le cortège des horreurs de la guerre que l'on nous sert quotidiennement à travers les médias et bien il faut admettre que M. Maurer est dans le vrai.
 
D'ailleurs les sondages montrent aussi que les femmes ont plus peur de l’insécurité que les hommes. Ceci n'est-il pas l'indication qu'elles aussi se sentent démunies face à la violence, justement parce qu'elles-mêmes se savent plus faibles?
 
Il n’y a rien de honteux à admettre cette vérité.
 
VEG
 
Au fait,... c'est une femme qui a suggéré que nous ne laissions pas de côté cette discussion. Merci à elle. Elle se reconnaîtra.