Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
dimanche 8 septembre 2013

8.9.13
Le RNS est une des conséquences directes du rapport de politique de sécurité 2010. Conduit depuis bientôt 15 mois par M. André Duvillard, vaudois, ancien commandant de la police neuchâteloise, il a tenu sa première conférence le mardi 3 septembre 2013 au Musée des Transports de Lucerne.
 
Que retiendrons-nous de cette très bonne (tant sur le contenu que sur la forme) première manifestation? Il y aurait mille chose, mais parmi toutes les interventions de qualité (en image ci-contre le Conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet) on retiendra d'abord le brillant discours du Président de la Confédération, Ueli Maurer qui, relativement à la votation du 22 septembre nous a rappelé en quatre points pourquoi notre armée de milice basée sur l'obligation de servir est le meilleur système possible.
 
Qualité: seule l'organisation actuelle nous permet d'assurer que tous les métiers, toutes les cultures, toutes les classes sociales soient représentées. Le "paquet" armée + service civil + protection civile qui en découle est l'exacte copie de notre Pays, premier de classe en terme d'innovation et de productivité.
 
Quantité: grâce à l'obligation de servir on assure la sécurité de la planification et de l'engagement; on sait quand on peut compter sur combien de personnes; l'arbitraire d'une décision égoïste d'une personne ("aujourd'hui je n'ai pas envie") ou d'un patron ("je ne laisse pas partir mon employé") est ainsi écarté.
 
Prix: notre système est le plus économique possible du fait que les gens ne viennent que pour s'entraîner ou quand on en a besoin; pas besoin de payer des salaires inutiles à des militaires qui en plus devraient attendre qu'il se passe quelque chose et qui seraient ensuite en cas d'événement grave en nombre trop faible pour durer; alors oui c'est cher (la défense de nos valeurs est à ce prix), mais on peut ainsi se payer un instrument très fort à un prix faible en comparaison de nos voisins.
 
Confiance: de savoir que dans cette armée il y a nos fils, voisins, amis, ...tous des gens raisonnables et collectivement intéressés à la sécurité de notre Pays est un gage clé de contrôle démocratique; on sait que les gens qui la composent partagent les mêmes intérêts et que leur engagement n'est pas une affaire de salaire, mais de responsabilité.
 
Et servir durant 1.5% de sa vie professionnelle (env. 225 jours sur un total d'environ 14500), est-ce vraiment là un sacrifice insurmontable quand on sait tout ce que ce Pays offre?
 
On se réjouira aussi qu'un nouveau rapport de politique de sécurité est en gestation. Il arrivera en 2015 lorsque les conclusions de l'exercice 2014 (ERNS 14 - Exercice du Réseau National de Sécurité) seront connues. Dirigé par l'ancien chef de l'aide en cas de catastrophe, Toni Frisch, cet exercice au lieu du 3 au 21 novembre 2014.