Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
mercredi 19 février 2014

19.2.14

Quand on dit sur tous les tons que notre aviation n'a pas les moyens, on nous rétorque "elle en a bien assez". Quand il se passe quelque chose de sérieux et qu'à cause des coupes incessantes imposées à l'armée, nos avions de chasse ne sont pas présents, on entend les cris "mais où est notre aviation?" (l'équivalent aérien du bien connu "mais que fait la police?").

 
Après la double mission World Economic Forum de Davos + Conférence sur la Syrie à Montreux où nous avons eu la démonstration que quantitativement les 32 F-A/18 ne suffisent pas et qu'il a fallu les appuyer avec nos vieux Tiger, maintenant nous avons la démonstration qu'en termes de disponibilité nous sommes aussi à côté du sujet. Vous avez dit "inquiétant" ?
 
En fait on joue à la roulette russe avec le barillet plein ou avec un automatique. On n'a même plus la chance de passer une fois entre deux ! Par chance il ne s'est rien passé de grave, mais le titre de Bloomberg News online ci-dessous devrait nous faire réfléchir.
 

" Invading Switzerland? Try Before 8 or After 5 "

 
Après un tel titre, encore besoin d'un dessin ? Faudra-t-il vraiment quelque chose de grave pour que l'on comprenne qu'on ne peut pas se passer de moyens de sécurité dignes de ce nom? Ce qui est désormais clair, c'est que le mantra "notre aviation suffit pour la police de l'air" est faux. Preuve est faite, et a deux reprises en 3 semaines, que même pour cette mission notre aviation est déjà sous dotée. 
 
CRDC / VEG