Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
samedi 15 février 2014

15.2.14
Nous l'avons écrit et écrit encore, la situation n'est pas prévisible. Les services de renseignements estiment qu'au-delà de 5 ans ont ne peut rien prévoir. Et encore, ... il faut relativiser !!
 
En effet à la fin de 2010, personne n'a vu venir les désordres dans les pays du Nord de l'Afrique. On se rappelle avec intérêt de la carte du Peace Index publiée par The Economist qui s'est avérée complétement dépassée par les événements quelques petits mois plus tard avec l'explosion de violence qui a fait voler la Lybie en pièces et laissé la Tunisie et l'Egypte dans une situation critique.
 
Ceux qui imaginent que l'on pourra toujours réagir en cas de besoin seraient bien inspirés de prendre acte du monde dans lequel nous vivons. Pour illustrer cela, comparons le Hurricane, avion emblématique de la Royal Air Force lors de la Seconde guerre mondiale avec le développement du Gripen.

Hurricane
  • Vol inaugural du prototype en 1936. La même année, commande de 600 appareils par la Royal Air Force.
  • Premiers modèles opérationnels en décembre 1937 et déjà 500 opérationnels en 1939.
  • En 1940 au début de la bataille d’Angleterre, 2'300 appareils sont en service, dont 1’451 construits à l’abri de la guerre au Canada.
  • En 7 ans, ce sont plus de 14'000 avions qui seront produits
Entre le premier vol et une capacité opérationnelle de 2'300 appareils, il a fallu seulement 4 ans.


Gripen
  • Début des réflexions sur le Gripen C à la fin des années 70 et premier projet accepté en 1982.
  • Vol inaugural du prototype en 1988, premier vol d’un avion de série en 1993 (biplace en 1996.
  • Premier Gripen C opérationnel en 1997.
  • Premier vol d’un Gripen NG (Nouvelle Génération, aujourd’hui Gripen E) en 2008.
  • Les premiers Gripen seront opérationnels en Suisse dès 2018.
Entre le premier vol et la capacité opérationnelle en Suisse il aura fallu 30 ans. Durant cette période seuls 330 Gripen de tous les types auront été produits (en comptant les intentions du Brésil et de la Suisse). En Suisse entre le projet de remplacement du Tiger et l’arrivée du premier Gripen, il nous aura fallu 15 ans (si les Suisses disent OUI).
 
A moins d'être un champion de la mauvaise fois, tout observateur comprendra que l'on ne peut pas se permettre d'attendre que la guerre pointe sa vilaine frimousse au coin du bois pour commencer à se préparer. Ce sera trop tard ! Et quand on sait, dans le cas du Rafale par exemple, que sa production n'est aujourd'hui que de 12 appareils par an, aurions-nous une chance d'en commander assez si la situation venait à se dégrader ? Et aurions-nous le temps de les rendre opérationnels avec tous les autres systèmes d'armes? Et sur ces 12 produits, on pourrait en avoir combien?
 
 
Conclusion: attendre = irresponsable. Donc le 18 mai c'est OUI.