Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
dimanche 16 février 2014

16.2.14
Les dernières "révélations" de cette semaine et la décision de retrait du PDC de son rôle de parti leader pour la votation sur le Gripen nécessitent une analyse de détail. Notre sentiment ce dimanche ? De la déception, certes, mais laissons faire la politique et laissons se calmer la tempête de notre verre d'eau. En sur-réagissant aux dernières manipulations médiatiques des référendaires (et du GSsA toujours dans l'ombre), la direction du PDC s'avère être la première victime du débat nauséabond dans lequel les référendaires veulent emmener les Suisses. En divisant provisoirement et partiellement le camp des pro-Gripen, la gauche antimilitariste a marqué un point, mais de loin pas gagné le 18 mai !
 
Mais parlons du fonds et tirons un gros carton rouge à l'adresse des hyènes surexcitées qui hululent à la vue du mot SECRET (quelle horreur !!!). De quoi s'agit-il avec ces documents dont les référendaires se gargarisent depuis mercredi?

D'abord il faut l'affirmer, ce n'est vraiment rien d'exceptionnel. Même Le Matin (jamais débordant de tendresse pour l'armée) reconnaît dans son édition du dimanche 16 février qu'il n'y a pas de quoi casser trop pattes à un canard.

Remettons les choses dans leur contexte, car sur ce dossier on parle des relations de la Suisse avec la Suède (et pas de la Suisse avec Saab). On parle des discussions plus que normales entre deux PAYS AMIS qui ont un INTERET COMMUN. Car le Gripen est important pour la Suède aussi.
 
Si des appréciations erronées ont pu être faites à un moment ou à un autre par le camp des pro-Gripen, elles ont été corrigées BIEN AVANT que les courageux délateurs étalent leurs trouvailles sur la place publique. Les pro-Gripen ont certes montré qu'ils peuvent faire des erreurs, mais qu'ils les corrigent sans pressions extérieures et qu'ils ne sont pas prêts à faire n'importe quoi pour l'emporter. Les référendaires qui refusent de parler du fonds et se contentent de jouer sur les images et les émotions primaires ne semblent pas aussi délicats. Notre politique de sécurité et de défense mérite mieux que cette "politique-poubelle". Si l'irréparable devait un jour arriver, comment justifierons-nous que des Suisses meurent par manque de moyens de défense aérienne? On demandera des comptes au GSsA et aux ténors du PS et des Verts ?
 
En 1929, le peintre René Magritte nous a livré le chef d'œuvre reproduit ci-contre "Ceci n'est pas une pipe". L'intention de l'artiste était de démontrer que qu'elle que soit la représentation d'un objet, elle n'est pas cet objet lui-même. Alors ne nous laissons pas aveugler par les représentations et raccourcis simplistes des référendaires et PRENONS LE TEMPS d'étudier la traduction de ces fameux courriers diplomatiques divulgués par sverigeradio (qui tire contre l'industrie de son propre pays, charmant le patriotisme de ces gens):
  • Courrier du 15.10.2013 (version en anglais): "we have to stay back in the Gripen campaign". "Maurer is very clear: in the campaign itself, we are not welcome. It has to be run - and won - by Swiss people". "We will get back shortly with a more extensive list of possible activities, including our wishes for support from Stockholm". Dans ce courrier, l'ambassadeur Thoresson fait une analyse de la situation (très correcte qui plus est) et à la fin il fait à son gouvernement des propositions et C'EST TOUT ! Où est le mal ? En octobre déjà, la consigne est claire: pas de mélange des genres !
  • Courrier du 07.11.2013 (version en anglais): "The demand for Swedish "peripheral activities" is large, and the embassy has produced a list of possible actions [...], which has been coordinated with Swiss department of defense and Saab". "As previously reported, Ueli Maurer wishes to have as much support as possible from Sweden from now until the referendum. Not in the campaign itself - only the ambassador and the defense attaché can participate there, and only specifically asked and in special cases - but in the shape of "positive events connected to Sweden, the partnership and Gripen". Encore une fois, notre ministre de la défense a mis clairement les règles du jeu. On ne parle que d'événements positifs. Et dans son courrier l'ambassadeur explique bien que la liste annexée n'est qu'une planification grossière.
  • Courrier du 17.12.2013 (version en anglais): "A coordination meeting about the planned Swedish efforts was held at the Swiss department of defense last week, and the list is now somewhat reduced". On est encore dans la planification. Plus loin dans ce courrier il est question des MRO (maintenance, réparations et entretien dans le jargon aéronautique) et donc d'être concret sur les chiffres de retour d'investissements pour l'économie suisse. Tout le reste de ce courrier parle "d'idées de...". On  découvre que les Forces aériennes ont refusé une présence renforcée de Saab au Lauberhorn et que seule une tente a été prévue avec quelques flyers. Tout cela tranche fortement avec l'affichage massif fait dans les gares pour vanter le fond ferroviaire!! Là on était moins regardant sur la morale. Et d'où venait l'argent? La seule phrase qui nécessite des éclaircissements est "Unfortunately, a minor political quarrel is, at the time being, hindering the important referendum yes campaign. It is the leader of the Christian democratic party CVP, Christophe Darbellay, that is not satisfied with the resources promised to the party by the campaign to take the political lead in the campaign work. This could result in the liberal FDP taking on the mission instead". Le retrait du PDC est-il donc le fait d'une vraie posture morale ou de la peur d'une campagne difficile, peu de moyens et un dégât d'image pour de prochaines élections ?
  • Courrier du 19.01.2014 (version vite traduite en français, par le CRDC): ce courrier n'est que la suite des analyses précédentes où l'on voit un ambassadeur poursuivre avec application son travail d'information de son gouvernement au profit du partenariat stratégique entre nos deux pays. Il est CLAIR qu'il n'est nulle part question d'argent, mais uniquement d'activités de relations publiques prévues.

Sur la base de ces documents, on peut affirmer que nous sommes loin d'une situation scandaleuse que le CRDC ne pourrait pas cautionner. M. Maurer n'a pas joué avec la vérité comme certains le laissent entendre. Si on regarde du côté des référendaires, ils n'apportent STRICTEMENT RIEN qui fasse avancer le débat. On reste dans le registre du cancan et de la manipulation.

 
Donc restons calmes et concentrés. Nous ne sommes qu'au début de la bataille. Il y a encore 3 mois. Personne n'a dit que cette votation serait facile !  Restons-en aux faits, que les faits et encore les faits ! Les Suisse ont droit à la vérité et à rien d'autre. Exigeons cela des référendaires.


Gérald Vernez
Président CRDC
 
-------------------------------------------------
 
Et quelques mots pour éclairer la stratégie argumentative choisie par les référendaires. Souvenons-nous ce qu'écrivais Jean-Baptiste Rousseau:
« Messieurs, disait un fameux délateur
Aux courtisans de Philippe, son maître :
Quelque grossier qu'un mensonge puisse être,
Ne craignez rien, calomniez toujours.
Quand l'accusé confondrait vos discours,
La plaie est faite; et, quoiqu’il en guérisse,
On en verra du moins la cicatrice. »