Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
vendredi 28 février 2014

28.2.14
Jour important pour notre capacité à défendre notre souveraineté, la conférence de presse (communiqué) pour le lancement de la campagne  OUI au Gripen.
 
Se sont exprimés (exposés complets ici) les personnalités suivantes (italique: passages choisis):
  • La sécurité d'abord! Jakob Büchler, conseiller national PDC/SG ; membre de la Commission de politique de sécurité (CPS-N) du Conseil national et président de l'Association pour une Suisse en sécurité. "Il est important que notre pays, sa population, nos enfants et petits-enfants soient protégés aujourd'hui et demain contre des menaces petites ou grandes. Notre prospérité repose sur la paix, la stabilité et la sécurité. Nous étions en sécurité jusqu'ici face aux conflits, quelque soit l'endroit où ils se produisaient. Nous voulons que cela reste ainsi durant les 30 années à venir".
  • Pour la sécurité de la Suisse! Alex Kuprecht, conseiller aux Etats, UDC/SZ, président de la Commission de politique de sécurité du Conseil des Etats (CPS-E). "La "liberté", la "démocratie" et la "sécurité" sont les piliers du modèle à succès suisse.... Il faut aussi songer à ce qui paraît impossible aujourd'hui. ...Cette tâche doit être assumée par la Suisse et par elle seule. Cet investissement dans la sécurité de notre pays paraît financièrement supportable quand on sait que la Suisse dépense chaque année quelque 3 milliards de francs pour l'aide internationale au développement".
  • Pas de sécurité sans armée crédible! Ida Glanzmann, conseillère nationale PDC/LU, membre de la CPS-N. "Malgré la réduction de ses effectifs, l'armée continuera d'acheter dans les années à venir des armements pour moderniser son équipement et combler les lacunes de celui-ci. Face aux menaces envisageables et aux efforts d'armement dans le monde, il ne s'agit pas là d'un souhait, mais bien d'une obligation!"
  • Une armée n'est pas crédible sans avions modernes ! Corina Eichenberger-Walther, conseillère nationale, PLR/AG, membre de la CPS-N. "J'exige que les forces aériennes suisses soient à nouveau aptes à intervenir 24 heures sur 24. La population est en droit d'attendre cette prestation de l'armée. Tout de suite, et non pas dans quelques années. L'incident de Genève a mis en évidence les graves déficiences de sécurité que génèrent les restrictions financières imposées à l'armée. Cela n'est pas acceptable."
  • Le bon avion pour la Suisse! Raymond Clottu, conseiller national UDC/NE."Il ne s’agit plus de discuter du type d’appareil. La décision en faveur de cet avion suédois a été prise pour les raisons suivantes : il remplit toutes les exigences militaires, il peut intervenir dans tout le spectre des Forces aériennes, il se situe au plus haut niveau de la technique actuelle, il propose le meilleur rapport prestations-prix tant en ce qui concerne l’achat que l’entretien. Les pilotes suisses qui ont testé le Gripen sont formels : l’avion est excellent, docile, performant et maniable."
  • Affaires compensatoires pour la Suisse ! Maurice Eglin, vice-président du Groupe romand pour le matériel de défense et de sécurité."L’acquisition d’un nouvel avion de combat tel le Gripen, en plus de permettre à nos forces aériennes d’assurer leurs missions dans la continuité, est aussi une opération rentable pour la Suisse, sur le plan économique et industriel. Et ce sont explicitement les entreprises de toutes les parties du pays qui profiteront de cette manne, 30% revenant à la Suisse romande et 5% au Tessin. Un OUI au Gripen est donc aussi un OUI à des commandes et à des places de travail en Suisse.La détermination et la surveillance des engagements de compensation sont assurées par armasuisse en collaboration avec le bureau des affaires compensatoires, à Berne, dont le personnel se compose de représentants de Swissmem et du GRPM."
CRDC /VEG