Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
vendredi 28 février 2014

28.2.14
Non le monde n'est pas orienté vers la paix éternelle et l'amour inconditionnel entre les peuples. L'actualité en Ukraine, que bien sûr personne n'a vu venir aussi vite (une fois de plus), nous le démontre. Nous le répétons sur tous les tons (voir ici, ici ou encore  ici), le spectre de la guerre n'a de loin pas disparu de l'Europe. Les héritages historiques malheureux, les inégalités croissantes, la course aux ressources et la surpopulation, pour ne citer que quelques exemples, sont des détonateurs qui vont à coup sûr déclencher des catastrophes majeurs. Ne pas vouloir le voir comme le font la Gauche et le GSsA est simplement désespérant de bêtise, d'aveuglement et d'irresponsabilité.
 
A nouveau avec l'Ukraine, personne n'a rien vu venir. Mais à peine le président Viktor Ianoukovitch a-t-il été destitué et l'ancienne égérie de la révolution orange Ioulia Timochenko  libérée (elle qui est tout sauf un ange...), que les commentateurs se sont lâchés. C'était le printemps avant l'heure, le retour en fanfare de la Paix!

Mais c'est loin, très loin d'être fini. Un simple coup d'œil à la carte ci-contre (source Libération) montre à quel point il faut être prudent avec les conclusions hâtives.

La Russie a des intérêts majeurs dans la région avec ses débouchés énergétiques et militaires essentiels pour elle vers la Mer Noire (port de Sébastopol en Crimée qui abrite la flotte militaire russe). De plus, elle ne lâchera certainement pas les populations russophones de l'Est du pays. A peine l'encre des articles euphoriques était-elle sèche, que Moscou ordonnait d'ailleurs des manœuvres militaires (pas si surprenantes) d'intimidation dans l'Ouest de la Russie et que les leaders européens et de l'OTAN commençaient à se dire "très préoccupés" (forme soft pour intimer à la Russie de ne pas aller trop loin dans ses gesticulations).
 
Et vous savez quoi, entre la Suisse et l'Ukraine, il y a 900 km, c'est-à-dire 1 heure de vol avec un avion commercial et 1/2 heure avec un avion de combat. Ce ne sont pas les antipodes ! Et si la Russie devait effectivement se fâcher, comment la situation peut-elle évoluer en Europe alors que la rhétorique s'emballe déjà ! N'aurions-nous pas alors besoin de maintenir durant une période prolongée des avions de combat en  l'air ou en alerte permanente? Pour cela, notre aviation est dangereusement sous-dimensionnée et c'est bien le toit de notre Pays qui aurait de méchantes fuites. Quelles conséquences ? On veut essayer la roulette russe ?
 
Nous aimerions tous dépenser de l'argent pour autre chose que la préparation à la guerre. Nous aimerions tous pouvoir vivre éternellement en paix. Mais ouvrons les yeux ! Les Bisounours c'est uniquement à la télé! 
 
Etre réaliste et responsable c'est dire
  • OUI à notre armée
  • OUI à une aviation crédible
  • OUI au Gripen le 18 mai 2014.

CRDC / VEG