Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
dimanche 20 avril 2014

20.4.14
Avant de parler béatement de paix sauvegardée quelques jours à peine après les négociations de Genève, juste parce que sur le plan politique les "grands" se sont engagés à détendre la situation, considérons quelques faits récents, histoire de relativiser et de montrer dans quel monde incertain et dangereux nous vivons. Et c'est le moment choisi par nos antimilitaristes pour forcer la Suisse à  désarmer? Avoir besoin d'une armée (bien équipée) n'est pas un luxe ou une lubie de militaires en mal d'aventure, mais la conséquence responsable d'une analyse pourtant simple à faire: il suffit de lire les rapports quotidiens sur la situation.

-------------------------------------------------------------------------

10 avril 2014 - L'OTAN publie une série d'images satellite montrant les concentrations de troupes russes à proximité de l'UKR (notez dans le médaillon la position de la photo).

14 avril 2014 - Le premier bataillon de la Garde nationale ukrainienne part "au front" pour une opération "antiterroriste"... A ce moment, les russes disposeraient déjà de 25'000 hommes en Crimée et de 40'000 à quelques dizaines de km de la frontière près de Kharkov.

15 avril2014 - Situation très complexe, comme l'illustre cette infographie du Monde, avec les premiers morts à Marioupol. La carte montre en plus à quel point l'OTAN peut être perçue comme faisant pression sur la Russie, puisque l'Alliance représente sa frontière occidentale allant des pays baltes (sans oublier encore la Finlande jusqu'au cercle polaire) à la Turquie.

fencer-2014041415 avril 2014 - Les USA envoient le destroyer USS Donald Cook en mer Noire, un bâtiment qui transporte ce qui se fait de mieux en matière de lutte anti-aérienne et anti-missile. Le même jour un chasseur-bombardier russe SU-24 Fencer enchaîne des passes d'intimidation (provocation) à basse altitude sur ce même navire. On se tient les pouces pour que personne ne perde ses nerfs! D'ailleurs depuis quelques temps, l'aviation russe oblige les roumains et bulgares (notamment) à sortir très fréquemment avec leur chasse pour intervenir au-devant d'avions russes donnant l'impression qu'il pourraient violer leur espace aérien; au train où ils consomment des heures de vol, ces petites aviations équipées de machines hors d'âge risquent d'être rapidement clouées au sol.

16 avril 2014 : le ministre polonais de la défense appelle à un renforcement massif des troupes US et de l'OTAN en Pologne; les tractations sont bien avancées et une annonce dans ce sens devrait avoir lieu la semaine prochaine déjà.
  • 17 avril 2014 :  le Washington Times annonce que l'OTAN va déployer une task force navale dans la mer Baltique.


17 avril 2014: les "grands" scellent un accord en vue de la désescalade. A peine sortis de la salle de négociation, ils continuent tous à parler de sanctions à l'encontre de la Russie. Très constructif. Et sur le terrain, on continue de parler d'actions antiterroristes pour déloger les milices pro-russes. Cerise sur la gâteau, le russe deviendrait langue officielle de quelques provinces ukrainiennes.Pendant ce temps, la profonde crise économique, qui est un des principaux moteurs de la crise, poursuit son inexorable descente aux enfers et les miettes d'aides promises en désordre par les occidentaux risquent fort de ne pas suffire. La conférence de Genève a-t-elle accouché d'une souris ?

18 avril 2014 - Les milices pro-russes refusent de se soumettent aux accords de Genève. Pour couronner le tout, des tracts antisémites font leur apparition dans l'Est de l'Ukraine.
 




20 avril 2014 : Ioulia Timoshenko, va soutenir les milices pro-ukrainiennes; remarquez depuis le début de la crise cette dominance des cagoules (effet de l'omniprésence de la presse ou des médias sociaux?) Mais c'est surtout son discours qui est apaisant, elle qui promet une troisième ronde de réaction très sévère à l'encontre de la Russie si celle-ci ne retire pas ses troupes d'Ukraine.




20.04.2014 : attaque d'une milice (?) pro
-ukrainienne et fusillade à Slaviansk où des groupes armés pro-russes se sont emparés samedi de bâtiments de la police et des services de sécurité; au moins 5 morts. La Russie s'étrangle d'indignation pendant que des appels à l'aide lui sont adressés par les pro-russes.

Certaines régions ont déjà annoncé la tenue d'un référendum pour leur rattachement à la Russie le 11 mai prochain. Remake de la Crimée ?

CRDC / VEG