Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
vendredi 2 mai 2014

2.5.14
Aux partisans du Gripen,

Aux personnes qui n’ont pas encore fait leur choix par rapport au Gripen,


La date du 18 mai 2014 aura valeur de destin pour la politique de sécurité de notre pays et par conséquent pour notre armée aussi.

La nouvelle attaque du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et de milieux roses-verts est transparente. L’objectif commun du GSsA et du PS figurent dans leurs programmes : ils veulent abolir l’armée !

Les arguments avancés contre l’acquisition de 22 avions de combat modernes sont soit faux soit teintés de propagande à caractère politique contre l’armée.

Il en va pourtant le 18 mai 2014 de bien plus que de 22 Gripen au prix d’achat de CHF 3,126 milliards. D’une part, il s’agit de remplacer 54 F-5 Tiger dépassés et vieux de plus de 30 ans. Et d’autre part l’argent sera pris dans le budget ordinaire de l’armée.

En fait et en vérité, c’est la crédibilité de notre pays qui est en jeu, car il s’est contractuellement engagé à défendre dans toutes les situations et de manière permanente la neutralité qu’il a librement choisie. Si le peuple suisse ne veut plus remplir ce contrat, notre pays perd le respect et la crédibilité dont il dispose à l’étranger.

Les dégâts commis seraient irréparables. Des entreprises et organisations internationales seraient poussées à quitter la Suisse. Notre rôle de prestataire de bons offices serait remis en question. Personne ne comprendrait pourquoi la riche Suisse n’investirait plus dans sa propre sécurité.

Pour chaque billet de 100 francs dépensé par la Confédération au cours des 30 prochaines années, l’achat du Gripen coûtera 14 centimes. Et puisque l’argent sera puisé dans le budget ordinaire de l’armée, aucun autre domaine de l’administration fédérale ne devra faire des économies. Pour toutes les personnes qui réfléchissent à notre pays, il n’est pas question de transmettre la sécurité de la Suisse à des mains extérieures. Et si nous faisions appel à des tiers pour assurer notre sécurité, celle-ci ne serait pas gratuite.

Il faut à présent réparer et rénover le toit sur la maison suisse. Il en est ainsi pour tous les toits endommagés par les années. Le F-5 Tiger est âgé. Nous volons avec un avion réellement dépassé. Il est grand temps de remplacer cet appareil. Si nous ne le faisons pas, nos forces aériennes ne disposeront plus d’avions de combat dès 2025 et elles ne seront plus en mesure de remplir la mission de police aérienne. L’ensemble du système « armée » sera privé d’un pilier irremplaçable et il manquera aux habitants de notre pays une protection sûre au-dessus de la tête.

Cet investissement dans la sécurité n’est assurément pas un luxe. L’achat du Gripen est compensé par des contre-affaires avec la maison-mère suédoise. Environ 2,5 milliards reviennent en Suisse grâce aux affaires compensatoires. De très nombreuses entreprises, grandes, moyennes et petites profiteront de cette manne et donneront du travail à l’équivalent de 1000 personnes durant dix ans. De plus, notre économie gagnera en savoir-faire.

Voulons-nous jouer la sécurité de nos descendants en renonçant à l’achat de ces avions? Certainement pas ! Les nouveaux avions sont un investissement dans notre sécurité pour les trente prochaines années. Cet investissement est logique et nécessaire.

Tous ces arguments et réflexions parlent pour un OUI clair le 18 mai 2014.

Votez aussi OUI au fonds d’acquisition du Gripen !

Grand merci!

Hans-Peter Wuthrich


Association pour une Suisse en sécurité
Hans-Peter Wüthrich
Directeur de la campagne «OUI au Gripen»
Haldenweg 5
CH-9548 Matzingen
 
 
Tél:
+41 71 660 08 48
Mobile:
+41 79 371 58 56
E-Mail:
E-Mail:
E-Mail:
Internet: