Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
vendredi 2 mai 2014

2.5.14
L'ancien chef de l'Armée Christophe Keckeis s'est confié ce jour au quotidien <i>Le Temps</i>.
Il n’y a pas si longtemps, la Suisse possédait la meilleure compagnie aérienne du monde: SWISSAIR. C’était la meilleure ambassadrice des qualités suisses. Tous les avions de la compagnie portaient notre drapeau et rayonnaient la « Suissitude » dans le monde entier. Vous vous rappelez certainement du grounding dramatique de 2001. L’un des jokers de la Suisse a été abattu en vol.

Il n’y a pas si longtemps non plus, nous avions la réputation d’être les meilleurs banquiers monde. Partout où je voyageais, on me disait cela et on nous enviait. Et puis, la première banque suisse a fait des erreurs majeures et a fait basculer dans le vide l’image de marque que nous avions acquise lentement mais sûrement. Nous avons perdu la confiance, élément déterminant dans ce processus. Singapour et d’autres ont pris notre première place. La Suisse a détruit un deuxième joker et doit maintenant durement tenter de reconstruire ce qui a été détruit.

Depuis toujours, la Suisse est réputée pour sa stabilité, sa robustesse, sa prévisibilité, sa liberté, sa souveraineté et sa sécurité. Cette sécurité est l’élément fondamental et nécessaire à tous les autres développements. C’est elle qui est vraiment le produit essentiel qu’un Etat souverain doit pouvoir garantir à ses concitoyennes et concitoyens. C’est tellement clair et basique que l’on n’y pense même plus. On pense que ça va de soi !

Et bien non, ça ne va pas de soi. Il y a dans notre pays une tendance malheureuse à vouloir détruire ce troisième joker, plus important que jamais dans un monde moderne qui éclate d’incertitude. Il y a le Groupe pour une Suisse sans armée et d’autres idéalistes qui veulent à tout prix casser ce qui fait le fondement de notre démocratie. Ils ne veulent pas le Gripen. Cet avion est un élément incontournable pour garantir à l’avenir notre souveraineté sur notre espace aérien, et ceci par tous les temps, de jour comme de nuit, et 24 heures sur 24. Un pays souverain doit pouvoir garantir sa souveraineté, au sol, en l’air et dans son cyberespace.

Cessons donc de démonter systématiquement tout ce qui va bien dans notre pays : deux c’est assez, trois c’est trop !

Christophe Keckeis
Ancien chef de l’armée (2003-2007)