Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
lundi 5 mai 2014

5.5.14

...c’est que plus rien n’est sûr !

Personne n’a vu venir le Printemps arabe qui est en train de tourner à un hiver interminable, même pas la NSA. Tous les services de renseignements du monde repèrent que...

...l’incertitude est le réel défi des temps modernes.

Depuis la fin de la Guerre froide (1989), les principaux conflits suivants ont eu lieu : Guerre du Golfe 90-91, Irak (2003), Liban (2006), Géorgie (2008), Printemps arabe (2010-2014), Lybie (2011), Syrie (2011-2014) et enfin l’Ukraine aujourd’hui. A chaque fois, notre espace aérien a dû être rigoureusement géré, surveillé et contrôlé, afin d’assurer que seuls les vols humanitaires et d’évacuations sanitaires ne le traversent. A chaque fois, cela a duré des semaines, et à chaque fois, cela n’a intéressé personne… Et à chaque fois, les opérations aériennes ont joué un rôle déterminant.
Et aujourd’hui, toutes les citoyennes et citoyens sont intéressés. Ils entendent dire que le timing du remplacement partiel des Tigers vieux de 35 ans n’est pas bon, parce que des avions ne répondent plus à un besoin sécuritaire urgent.
Restons tout de même un peu réalistes et observons avec rigueur les faits de notre histoire contemporaine : les catastrophes, les crises et les conflits font ce qu’ils veulent, et de plus quand ils le veulent. Souvent, ils le font lorsque l’on s’y attend le moins.
Ainsi, en toute humilité...

...il faut prendre une assurance pour sa sécurité.


Notre Conseil fédéral, notre Parlement et nos véritables responsables de la souveraineté de la Suisse vous suggèrent de prendre maintenant une assurance sécurité adaptée à l’incertitude évidente.

Soyez co-responsables et votez OUI au Gripen le 18 mai !


Christophe Keckeis
Ancien chef de l’armée (2003-2007)


On lira aussi avec profit, en vue de son vote sur l'achat du Gripen :
Christophe Keckeis : Deux c'est assez, trois c'est trop !
Christophe Keckeis : son argument premier, ainsi que ses deuxième et troisième arguments-clés pour le OUI au Gripen
Denis Froidevaux, président de la SSO : La sécurité d'abord - OUI au Gripen !
Gérald Vernez, président du CRDC : Non à l'affirmation « en cas de guerre l'armée suisse n'a aucune chance, donc le Gripen est inutile » !