Vos dons sont les bienvenus !
CH20 0076 7000 T031 3088 3
dimanche 20 juillet 2014

20.7.14
De belles affiches et après?
Deux mois après la défaite pitoyable du Conseil fédéral, du Parlement, de l'armée, des associations de milice la soutenant et de l'économie ... (ça fait beaucoup!) au sujet du Gripen, il n'y a toujours rien d'intelligent qui a été dit et encore moins d'actions entreprises.

Pas de plan B, ni C, ni D...! Pour ainsi dire pas de prise de position, comme si tous les acteurs s'étaient dépêchés de rentrer dans leur coquille pour se cacher. Tout juste a-t-on entendu des "c'est la faute des romands, partis trop tard et qui n'ont rien fait". Très constructif et très mature! Mais pas un mot sur les conséquences économiques et encore moins sur le plan de la sécurité de la Suisse. Alors que nous argumentions (à raison, nous en sommes convaincus) qu'un rejet du Gripen aurait des conséquences funestes pour notre défense aérienne, brutalement ce n'est même plus un thème de discussion! Notre Pays baigne-t-il dans le bonheur et la sécurité éternelle? Aurions-nous raconté des mensonges aux Suisses?


Pendant ce temps en Ukraine, le vol MH17.
Les actions déloyales au sein du DDPS ont été passées sous silence, le lâchage du PDC et l'engagement très minimaliste des partis bourgeois, les conséquences du 9 février, les ratés de communication, la saga du choix de l'avion, les traits d'humour potache et les critiques à l'encontre de M. Burkhalter qui viennent au pire moment..! La liste des ratages est malheureusement exceptionnellement longue. Et tout cela après la victoire éclatante du 23 septembre et après le rapport de l'EPFZ qui montre que les Suisses soutiennent leur armée?
 
Pendant ce temps dans la bande de Gaza en réponse aux
attaques de roquettes du Hamas.

A-t-on appris quelque chose? Y aura-t-il des conséquences? Des têtes vont-elles tomber ou tout le monde a-t-il fait juste et en septembre tout ce petit monde rentrera bronzé de vacances bien méritées? Et était-ce une bonne idée de reporter de 3 petits mois la consultation du rapport sur le développement de l'armée (DEVA)? Quel est la valeur ajoutée? Et quid du rapport de politique de sécurité, cent fois annoncé et qui serait pourtant LE dossier prioritaire qui devrait enfin apporter les arguments clé justifiant le remplacement du TIGER et les autres correctifs dont notre armée a un urgent besoin?




Pendant ce temps à Benghazi en Lybie, l'anarchie s'installe et
des milliers de réfugiés risquent leur vie pour traverser
la Méditerranée et rejoindre l'Europe.
A la lumière des événements tragiques en Ukraine, au Proche-Orient (Israël, Syrie, Irak) et en Afrique du Nord (Lybie, Tunisie, Mali), il ne serait pourtant pas superflu de commencer à se faire un peu de souci !  Car la guerre est loin d'être une vue de l'esprit. Et surprise, les chars et l'aviation y jouent les premiers rôles alors que la Gauche nous promet 50 ans de paix en Europe et que les "modernistes" prétendent que la seule menace serait désormais la "cyberguerre". La dimension cyber n'est qu'un problème (très grave) de plus, mais en aucun cas cela ne sonne le glas des autres menaces. En aucun cas cette nouvelle forme de menace ne nous dispense des investissements "classiques".

Alors n'est-il pas urgent de définir une stratégie derrière laquelle les Suisses réussissent à s'identifier et de donner rapidement les moyens de sa mise en œuvre? Car si on continue à faire comme le reste de l'Europe et que la situation se gâte vraiment pour nous aussi, nous allons une fois de plus nous retrouver au seuil d'une guerre avec un défaut de préparation. Est-ce cela que nous voulons?