samedi 26 janvier 2013

Nouveau pas en avant pour le Gripen grâce à la Commission des finances du Conseil des États

Source : BLOG 24 Heures (http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premiere-commission-recommande-le-gripen-e.html)

Une première commission recommande le Gripen E !

DSC_2798.jpg


Après s’être entretenue avec la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sur les objectifs du Département fédéral des finances pour l’année 2013, la Commission des finances du Conseil des États a procédé, dans le cadre de la procédure de co-rapport, à l’examen des aspects financiers du projet d’acquisition de l’avion de combat Gripen et s’est penchée sur le plan d’action « Recherche énergétique suisse coordonnée ».
Objectifs 2013 du Département fédéral des finances (DFF).


Co-rapport concernant l’acquisition de l’avion de combat Gripen (Programme d’armement 2012 et loi sur le fonds Gripen),:

Dans le cadre de la procédure de co-rapport, la CdF-E s’est prononcée sur les aspects financiers de l’arrêté fédéral sur l’acquisition de l’avion de combat Gripen (Programme d’armement 2012) ainsi que sur la loi fédérale sur le fonds d’acquisition de l’avion de combat Gripen (Loi sur le fonds Gripen). Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a présenté à la commission les conditions-cadre du projet (genèse, critères de sélection, rôle de l’Etat suédois en marge des négociations) avant d’exposer de manière approfondie le mécanisme de financement. Lors de la discussion qui a suivi cette présentation, la commission s’est montrée préoccupée par rapport à la marge de manœuvre restante pour le financement des investissements nécessaires dans d’autres domaines de la défense, compte tenu du montant élevé de 3126 millions de francs alloué exclusivement à l’acquisition de nouveaux avions de combat. Les effets de l’achat du Gripen sur le budget de la Confédération, les charges annuelles d’exploitation et d’entretien, les affaires compensatoires et leur répartition entre les régions ainsi que les conséquences d’un éventuel refus du peuple suisse à la suite d’un référendum sont les autres sujets ayant alimenté le débat. A l'issue de ses délibérations, la commission recommande à la Commission de la politique de sécurité du Conseil des États (CPS-E) par 7 voix contre 2 et 1 abstention d’approuver le projet soumis par le Conseil fédéral. Par ailleurs, elle soutient à l’unanimité le mécanisme de financement prévu sous la forme du « fonds Gripen ». Elle tient également à souligner que le Conseil fédéral devra  communiquer sans ambiguïté qu’un refus de la loi sur le fonds Gripen devant le peuple irait de pair avec l’échec du programme d’armement 2012 et de l’acquisition des avions de combat de type Gripen. La commission soumet ses réflexions via un co-rapport à la CPS-É, qui procédera à l’examen de fond lors de sa séance du 21 février 2013.


Suite

dimanche 20 janvier 2013

L’Autriche maintient le service militaire obligatoire




 



Communiqué de presse

L‘Association pour une Suisse en sécurité se réjouit du résultat du référendum effectué en Autriche

L’Autriche maintient le service militaire obligatoire

L’Association pour une Suisse en sécurité, qui compte plus de 300’000 membres, se réjouit du fait qu’une nette majorité de la population autrichienne se soient prononcés en faveur du maintien du service militaire obligatoire. Elle se mobilise pour que les Suisses refusent l’initiative populaire du Groupe Suisse sans Armée visant l’abrogation du service militaire obligatoire en automne 2013.

Lucerne, le 20 janvier 2013 – Le service militaire obligatoire a fait ses preuves en Suisse. La sécurité est la condition centrale pour la prospérité et la liberté dans notre pays, mais elle ne va pas de soi. En Suisse, la protection du pays et de la population est une tâche commune et solidaire de tous les citoyens. Il ne faut pas se leurrer: accepter l’initiative du GSsA aurait des conséquences qui dépasseraient largement le cadre de l’armée. C’est le système Suisse qui est visé; il s’agit en fin de compte du rôle que joue le citoyen par rapport à l’Etat. Le modèle actuel, basé sur le service militaire obligatoire, est avantageux, efficient et constitue une condition préalable pour du personnel qualifié. En effet, c’est grâce à notre armée de milice et à son obligation de servir que les cerveaux les plus brillants de Suisse mettent leur intelligence au service de notre pays, quels que soient leur classe sociale et leur secteur professionnel.

Grâce au service militaire obligatoire et au principe de milice, la taille de l’armée peut être adaptée de manière flexible aux besoins actuels et à la situation sécuritaire. En revanche, une armée de métier reviendrait cher et serait trop importante en période de paix et pas assez importante en période de guerre ou de crise. Une milice composée de volontaires est une illusion.

Les pays ayant abandonné le service militaire obligatoire sont aujourd’hui en partie confrontés à d’énormes pénuries de personnel et se voient obligés de recruter de la main-d’œuvre mal qualifiée, même en provenance de pays étrangers.

L’Association pour une Suisse en sécurité œuvre pour que les électrices et électeurs se prononcent à l’automne 2013 en faveur du principe de milice dans l’armée, un système basé sur le service militaire obligatoire, et votent NON à l’initiative populaire du Groupe Suisse sans Armée et des partis de gauche visant l’abrogation de ce service militaire obligatoire. 

Association pour une Suisse en sécurité
Pour tout renseignement sur ce communiqué de presse veuillez contacter:

Conseiller national Jakob Büchler
Président de l’Association pour une Suisse en sécurité


Natel:     079 230 67 26
E-Mail:   buechler@linth.net
Brigadier Denis Froidevaux
Vice-président de l’Association pour une Suisse en sécurité
Président de la Société Suisse des officiers SSO

Natel:     079 214 14 22
E-Mail:   denis.froidevaux@gmail.ch

L’Association pour une Suisse en sécurité dirige la campagne contre l’initiative visant l’abrogation de l’obligation de servir. En plus des nombreux politiciens issus de tous les partis bourgeois, il représente toutes les associations et organisations et leurs 300‘000 membres.

Télécharger les versions PDF (FR - DE)
Suite

Autriche: maintien du service militaire obligatoire, rejet d'une armée de métier

VIENNE - Les Autrichiens ont voté par référendum dimanche pour le maintien du service militaire obligatoire et contre une armée de métier, une question qui divisait la petite République alpine, au statut de pays neutre.

Environ 60% des électeurs se sont prononcés pour la conscription, selon des résultats préliminaires.

Ce résultat constitue un échec pour le chancelier social-démocrate (SPÖ) Werner Faymann, le ministre de la Défense, Norbert Darabos (SPÖ), les Verts et aussi pour les quotidiens à grand tirage de la presse populaire qui tous avaient fait campagne pour une armée de métier.

En revanche, le partenaire des sociaux-démocrates dans le gouvernement de grande coalition au pouvoir depuis 2008, les démocrates-chrétiens de l'ÖVP, avait milité pour le service militaire obligatoire et donc la conscription.

Près de 6,3 millions d'Autrichiens étaient appelés à voter et la participation devrait s'élever à un peu plus de 50%, selon les instituts de sondage.


(©AFP / 20 janvier 2013 17h13) 


Commentaire
Ce résultat est encourageant pour la campagne en Suisse et pour le vote qui aura lieu cet automne. Il convient toutefois de ne pas oublier que la Bundesheer est très malade. Il est vrai aussi qu'on ne voit pas comment elle aurait pu retrouver la santé avec un système d'armée de métier forcément plus cher et très difficile à alimenter avec un personnel suffisant et de qualité.
Suite

lundi 7 janvier 2013

Une bonne année à tous

L'année 2012 s'est achevée. Le Comité Romand pour une Défense nationale Crédible est ressorti de son terrier. Notre soutien aux associations, organisations et personnes qui souhaitent s'engager pour notre milice et le service obligatoire va crescendo. Et votre soutien pour le CRDC augmente aussi, jour après jour.

Ainsi, nous nous dirigeons, ensemble, dans cette nouvelle année 2013, pour la sécurité. Tels sont les mots utilisés de la campagne contre l'initiative du GSsA sur laquelle nous voterons certainement en novembre.

En attendant de vous retrouver pour défendre nos valeurs, nous vous adressons tous nos vœux pour cette année. Que santé et bonheur vous accompagnent, vous et à vos proches, en 2013.
Suite