lundi 3 février 2014

Le social n'a pas besoin des sous du DDPS

Que l'on soit pour où non le service obligatoire, pour ou non le Gripen, pour ou contre l'Armée Suisse, je me considère comme relativement ouvert à la discussion. Mais lorsque l'on vient me dire que l'argent attribué à l'Armée pourrait être mieux distribué, et surtout dans le domaine social, alors je me dois de dire non, non et non.

Pourquoi ? Parce que le budget pour le social en Suisse ne fait que de croître. Je ne dis pas là que c'est mal, mais regardons simplement les faits.

De 1990 à aujourd'hui, le budget de la Confédération a doublé, passant de 31.616 milliards de CHF à 62.188. Celui du social de 6.954 mia CHF à 17.060 (presque triplé). Mais celui (global) de la sécurité n'a ni stagné ni encore moins augmenté, il a diminué, passant de 6.407 mia CHF à 5.444.

Le budget de l'armée diminue alors que le budget du social triple
Source : bfs.admin.ch

Alors le slogan "l'Armée coûte trop cher",... ça commence à bien faire!

Si j'ai décidé de faire partie du CRDC, c'est surtout parce que le mot "crédible" me tient à cœur. Et pour moi, la crédibilité a un prix. Ainsi, en regardant ce tableau, j'en arrive même à me poser la question différemment : comment l'armée suisse réussit-elle à fournir un tel niveau de prestation alors que dans les faits son budget diminue chaque année ? Faire autant avec si peu, je ne peux qu'être admiratif !

CRDC / J. Signori